Les nouveaux conquérants

Le 30 juin dernier, le jury du concours « Gagnez l’Amérique », organise par Agfa-Gevaert, a rendu son verdict. Pour y participer, il suffisait d’envoyer des diapositives réalisées en Agfa-chrome professionnel, sur trois thèmes: la nature, la ville et l’enfant. C’est ce qu’on fait. M. Dumoulin (nature), M. Leclere (ville) et Mme Delaitre (enfants). Ils partiront prochainement en compagnie de la personne de leur choix a la découverte des États-Unis.

Soirée à la carte

Un nouveau virus a frappe les éditeurs de vidéocassettes: le programme complet. Autrement dit, II s’agit de proposer un film accompagné de publicité, de dessins animes, de vidéoclips, etc., le tout présenté par une star de la télévision. Déjà Proserpine a joue les pionniers en s’attachant les services de Michel Drucker. Puis ce fut au tour d’Eddy Mitchell d’œuvrer pour Cinéthèque avant que I ‘on nous annonce récemment l’arrivée de Bernard Étienne, d’Antenne 2, qui travaille pour Grundig.

Le dernier des géants

Ça y est, c’est fait. UGC, grande société cinématographique franglaise, vient de signer un accord avec le non moins important major compagnie américaine CBS-Fox. De ce fait, de superbes films vont être disponibles bientôt dans les vidéoclubs. Jugez plutôt de l’échantillon de « classiques » proposes : « Alien », « Inferno », « Le grand sommeil » (remake), « Les chariots de feu », « Les Muppets » (le film), « La folle histoire du monde » de Mel Brooks, « Julia » (Jane Fonda), « Capricorne one », « Police puissance » (avec Roy Scheider, le héros du récent »Tonnerre de feu »), « On m’appelle Dollar » (Terence Hill) et bien d’autres. Tous ces vidéogrammes seront distribues par Alliance, société regroupant les deux partenaires. Si vous ne vous précipitez pas sur ces cassettes des leur sortie (novembre-décembre), c’est à n’y rien comprendre…

L’automobile a droitau laser

voiture de luxeAu Salon audio-vidéo de Berlin qui s’est tenu du 2 au 11 septembre dernier, Philips a présenté son lecteur compact disc pour l’automobile. L’exigence actuelle de qualité sonore étant aussi forte (ou presque) dans la voiture qu’à la maison, l’arrivée du nouveau standard de platine et de système de lecture (laser) marque un réel tournant pour la qualité d’écoute. Des tests très poussés, réalisés par Philips, ont démontré que les progrès, en ce qui concerne le son, sont plus importants dans l’environnement acoustique du véhicule en déplacement. C’est un élément non négligeable, loin de la. En extrapolant quelque peu, on peut penser que le compact disc sera adapté dans le futur à d’autres applications intéressantes dans l’auto, compte tenu de la possibilité d’un important stockage d’informations sur le disque. On ne sait pas encore a quelle date et à quel prix sera commercialisée cette petite merveille en France, Philips étant en pourparlers avec les fabricants pour qu’ils adaptent leurs véhicules à cette nouvelle technique. A suivre…

La vie est un roman… d’aventures

Votre vie d’aventurier mérite d’être portée à l’écran. Vous en avez bien conscience… Eh bien, des à présent vous pouvez vous y employer, et recevoir en prime l’aide de Bernard Planque, réalisateur et conseiller en communication audiovisuelle. Après avoir sélectionné vos documents d’archives (cartes postales, diplômes, photos anciennes), II rédigera le scenario en écrivant le texte correspondant à chaque image. Ces dernières seront reproduites en diapositives, puis rangées dans deux magasins de projection pour permettre les effets du fondu enchainent. Le texte sera enregistre avec votre propre voix, puis mixe avec les musiques et synchronise avec les diapositives. Votre film termine, il en sera fait, si vous le désirez, plusieurs vidéocassettes. Imaginez un peu la prochaine réunion familiale…

Ghandi interdit en Turquie

GhandiA Ankara, capitale de la Turquie, le film « Ghandi », de Richard Attenborough, a été interdit à la distribution dans les vidéoclubs. « Ghandi », qui n’a jamais été diffusé en salle, était disponible en cassette depuis plusieurs mois. Les observateurs ont noté que cette interdiction est intervenue quelques jours avant l’arrivée à Ankara du président pakistanais, et qu’elle pouvait s’expliquer par l’image « négative » que le film donne d’Innah, le « père » du Pakistan…

Amateurs, àvos caméras !

La Fédération française de vidéo amateur regroupe « tous ceux qui ne filment pas pour s’applaudir devant leur écran, mais les vidéastes qui désirent se retrouver dans un mouvement de télévision active ». Aussi, elle prévoit pour 1984 trois grandes opérations : le Festival international de vidéo amateur à Agen, les Assises nationales de la vidéo et enfin Vidéotomne 84. Pour tous renseignements concernant ces trois manifestations, contactez la FFVA, 156, rue de Paris, 95320 Saint-Leu-la-Forêt. Tél : 995.51.10.

Prise directe sur tatami

Enfin.., une cassette pédagogique sur l’aïkido. Dans un premier temps, M. Souleng, professeur diplômé d’Etat, explique les techniques de base de cet art martial puis il s’adresse aux pratiquants confirmés pour prodiguer ses conseils de « Maître ». Les passionnés de films d’arts martiaux y trouveront également leur compte, des combats dans leur intégralité étant en effet présentés. Cette cassette, d’ 1 h 40 mn, est disponible chez Vidéo Point, 18, rue des Changes, 28000 Chartres. Tél : (37) 21.78.13.

Camerain the pocket

Videomovie VHS, c’estle nom d’une nouvelle camera avec magnétoscope incorpore qui a été présentée au dernier Salon de Berlin. Elle ne pèse (sans sa batterie) que 1,9 kg, ce qui en fait la plus légère du marché. La camera utilise en effet la cassette mini VHS-C, commercialisée en 82, qui a l’avantage de pouvoir être lue par tous les magnétoscopes VHS existants en utilisant un adaptateur très bon marche. La durée d’enregistrement est de 30 minutes et les dimensions et le poids (bien entendu) rendent son utilisation très aisée. Enfin, l’ensemble sera commercialise prochainement en France sous les marques Brandt, Continental Edison, Saba, Dual, JVC, Pathé Marconi, Telefunken et Thomson. Un petit bijou à commander d’urgence.

Le X à toute vitesse

Marc DorcelChangement de circuit pour le X. Marc Dorcel, l’éditeur de « Belles de rêve » et des « Culottes de Charlotte » sponsorise maintenant une voiture qui participe au Championnat de France de rallycross. C’est une Mini, pilotée par Jean Rouzel et Patrice Josseau, qui porte les couleurs du toucan VMD. De la vidéo sur les chapeaux de roues.

Futur

Sony Corporation a annoncé le 15 août dernier la mise au point d’un nouveau système de réception de télévision de type numérique. Le traitement effectué réalise une séparation complète des signaux de luminance et de couleur, de telle sorte que chacun d’entre eux est traité sans interférence. L’emploi de circuits numériques permet d’une part de réduire le nombre des composants, de diminuer les étapes de réglage pendant la production, mais surtout de réduire le coût d’ensemble du téléviseur. Les premiers appareils fabriqués sont au standard américain Ntsc, mais l’on devrait voir bientôt ces superbes « bécanes » en France. Ce n’est qu’une question de patience…

La défense des vidéophiles

L’Anpm est née. Il s’agit de l’Association nationale de défense des propriétaires de magnétoscopes et des utilisateurs de vidéocassettes. Sous ce long intitulé se cache un groupement de vidéophiles qui a pour but de défendre et de promouvoir le magnétoscope. Si l’Anpm est un instrument de revendications envers les pouvoirs publics et tous les professionnels concernés, elle s’efforce également de donner nombre de renseignements et de conseils aux vidéo spectateurs et de fournir de nombreux services. Pour tous renseignements, contactez l’Anpm au 72, boulevard de Courcelles, 75017 Paris.

200 000 bons contribuables

Dans un article du Monde daté du 25 août dernier, nous apprenions avec un petit rictus au coin des lèvres, que seulement 200 000 des 1 400 000 possesseurs présumés de magnétoscopes avaient accompli leur devoir civique en déclarant posséder la fameuse machine. Toujours d’après le journaliste du quotidien, les 1 200 000 petits malins peuvent se la couler douce. En effet, on estime que cela fait partie des profits et pertes et qu’on ne récupérera sans doute jamais la liste des fraudeurs. Le service de la redevance compte quelque 400 contrôleurs, mais ils s’occupent avant tout de la taxe sur les téléviseurs ou des exonérations intervenues cette année. Alors, les magnétoscopes… Enfin, les services responsables annoncent : « L’impôt est déclaratif, nos contrôleurs se mettent à la disposition des redevables ». Le contribuable, qui a le souci d’être en règle, n’aime guère avoir l’impression de l’injustice fiscale. »N’est-ce pas le cas ? » conclut le rédacteur du Monde… et votre serviteur.

Les 2 filleuls du parrain

Georgio SIMONELLIJournaliste et critique cinématographique, Georgio SIMONELLI (1906-1966) débute dans la carrière comme scénariste et monteur pendant les années 20. Opérateur d’actualités puis assistant, il commence à diriger des films dans les années 40. Simonelli se spécialise alors dans un cinéma populaire qui culmine avec le couple Franco et Ciccio, les « deux mafiosi ». La série des « mafiosi » débute en 1964 avec « I due mafiosi’, puis 1964 aussi « I due mafiosi sel Far West » et enfin 1965 « Due mafiosi contro Goldfinger » pour finir en 1966 par « Due mafiosi contro Al Capone ». « Les deux filleuls du parrain » est la traduction française de « Due mafiosi contra Al Capone ». Film d’un comique succulent, il relate les aventures des deux héros face à la criminalité chicagolaise. Franco et Ciccio sont en fait les deux inspecteurs les plus stupides de la brigade spéciale de répression contre la drogue. L’équivalent des Dupond et Dupont. Chargés d’éliminer les criminels de Chicago, ils s’arrangent plus ou moins par hasard pour séduire tellement Al Capone que celui-ci décide d’en faire ses bras droits. Série de gags comiques, rite perpétuel. Ce film détend et amuse.

Les séducteurs

Un seul week-end mais quatre séquences dans quatre pays avec en vedette quatre grands acteurs.Les séducteurs Chacun d’eux va se lancer dans une entreprise de séduction et c’est une aventure unique dans le monde du cinéma de relater ainsi, parallèlement, les exploits romantiques où les excentricités amoureuses de plusieurs hommes de nationalités différentes. Le séducteur anglais Harry, Roger Moore, c’est un chauffeur de maître qui profite de l’absence de son patron pour utiliser sa Rolls Royce et son château afin d’attirer des hôtesses de l’air aussi jolies qu’impressionnantes. Côté France, nous changeons de milieu, Lino Ventura dans le rôle de François Gueroles appartient au monde des affaires. Il se rend compte que ses sentiments pour Christine, sa secrétaire, ne sont pas aussi paternels qu’ils se plaisaient à le penser. En Italie, Armando (Ugo Tognazzi) se retrouve sans son épouse et cherche à revoir ses petites amies d’autrefois. Enfin, Skippy (Gene Wilder) sort de son hôpital psychiatrique américain pour passer un week-end de rêve avec Lauri. L’ensemble donne une comédie aigre-douce sur l’amour avec la possibilité de comparer quatre cultures. Quand on sait que les comédiens et les réalisateurs Bryan FORBES, Edouard MOLINA-RO, Dino RISI et Gene WILDER ont travaillé dans un esprit de compétition internationale, ce ne peut être qu’une réussite !

Coup de maître

Michèle LUPO est un réalisateur italien né en 1931. On lui doit entre autres « Le shérif et les Extra-terrestres » (1979), parodiant la science-fiction et « On m’appelle Malabar » (1980) qui parodie lui, le western. Michèle LUPO est aussi connu pour Africa Express (1975) où Ursula Andress est en fausse religieuse. En général, le succès de LUPO repose sur une recette simple : parodier un genre. Ainsi dans « Coup de maître au service de sa majesté britannique » est-ce le genre policier qui est imité. L’action se déroule hors des prises de vues d’un western à Madrid. L’acteur Lang est contacté par deux inconnus (Max et Miguel) qui lui offrent un travail pour le compte d’un certain Monsieur Bernard qui vit à Paris. Lang finit par accepter, et le trio se retrouve à Paris. Rencontre avec Monsieur Bernard dans un luxueux hôtel. Bernard explique que Lang devra remplacer un haut fonctionnaire auquel il ressemble beaucoup. Cette substituions permettra à Max e a Miguel de voler des diamants pour une forte somme. L’acteur Lana s’incline devant cette proposition alléchante. Tout commence…, et tout finit fantastiquement. Suspense, rire, plaisir à voir pour se détendre !

Charlie bravo

Claude BERNARD-AUBERTClaude BERNARD-AUBERT, ancien de la guerre d’Indochine, a su, dès son premier film « Patrouille de choc » (1957), évoquer la guerre sous son aspect le plus cruel mais aussi le plus humain. « Charlie Bravo », récit véridique à en croire son auteur, se veut un témoignage historique. L’action se passe après la chute de Diên Biên Phu, alors que le Viêt-Cong se rend petit à petit maître du terrain. Derniers jours dela première Guerre d’Indochine. « Charlie Bravo » est l’épopée de treize parachutistes largués en pleine brousse pour récupérer un prisonnier important : une infirmière détenue dans un village Viêt-Cong dont ils ont pour mission de massacrer tous les habitants. La retraite devient vite une fuite. Les Français sont tués les uns après les autres par Les « invisibles » Viets lancés à leur poursuite. Le chef, le lieutenant Brisac, et ses hommes comprennent peu à peu qu’ils ont été utilisés dans un but de propagande. Un journaliste leur explique que leur tragédie racontée à la une des journaux, ou entre deux chansons d’Edith Piaf à la radio, est utilisée pour faire oublier aux Français l’amertume de la défaite. En fait, la paix a déjà été signée à Genève et les Viets se sont juré d’achever le reste du commando. Mais les membres de cette mission suicide sont décidés à ne pas se laisser abattre comme du bétail. Alternance de plaidoyer contre la guerre coloniale et apologie du sens du devoir. Film au message lourd de sens, et aux scènes d’actions étonnantes.

A Berlin, des robots tracent l’avenir

BerlinA dix mètres du mur, en plein secteur français, s’activent, depuis plusieurs mois, des automates bien propres, à l’abri de toute poussière. L’entrée n’est pas facile. Il faut franchir des sacs, revêtir une combinaison blanche. « Sehr korrect ! ». Nous sommes côté « libre », dans l’enclave occidentale. Un tel équipement technique financé par le « kapital » occidental, paraît défier les plans de développement économique établis de l’autre côté du rideau de fer (un mur de béton, en réalité, haut de trois mètres. Ces robots de Berlin-Ouest, tout rutilants de leur belle mécanique, sont des symboles. Ils matérialisent les grandes alliances de l’Occident industriel. A quelle technique de pointe peuvent-ils bien travailler ? A des matériels d’armement ou des équipements militaires ? Non, bien plus simple. Ils œuvrent au développement d’une industrie du spectacle, du loisir et de l’information : la vidéo. Font-ils partie d’une action de subversion capitaliste en direction des pays de l’Est ? Personne ne vous croira. Au-delà du mur, en République démocratique, les magnétoscopes arrivent seulement en boutique. Sur le Kurfürstendamm (les Champs-Elysées de Berlin-Ouest), les enseignes de vidéo s’illuminent à chaque coin de rue. A Berlin-Est, en revanche, la Karl-Marx-Strasse ne s’embellit encore que de points de vente « funk und fernseh » (radio et télé). Un vopo (volkspolizei) – qui n’aura d’yeux que pour votre sac plastique décorés de publicités en français et en couleur – vous expliquera que les magnétoscopes existent bien, mais coûtent quatre mois de salaire. Revenons en-deçà de Charlie-Check-Point, le passage obligé entre l’Est et l’Ouest, et voyons ce qui se trame dans cette zone industrielle du secteur français ; c’est le capitalisme planté au milieu de pelouses et d’arbrisseaux, entre le mur et une cité HLM de Maerkischen Viertel au Nord. Deux usines de vidéo flambant neuves y ont poussé comme des champignons. La première a été construite en 1979 par le groupe Telefunken, en association avec l’anglais Thorn Emi, en vue de fabriquer du matériel vidéo sous licence du japonais JVC. D’où son nom : J2T Vidéo. Elle emploie aujourd’hui 500 personnes au montage de magnétoscopes VHS : une capacité de production de 200 000 machines par an. L’investissement robotique est exemplaire : insertion automatique de composants, chaîne d’assemblage commandée par ordinateur. Cette usine revient, en fait, à un projet d’accord dit des « Trois T » (entre Thomson-Brandt, Thorn-Emi et Telefunken), un projet qui avait été remis en cause par la France, au lendemain du 10 mai 1981. Mais les cartes ont été redistribuées au début de cette année, depuis que Thomson-Brandt a pris le contrôle de la branche grand public de Telefunken. Une nouvelle alliance stratégique a eu finalement raison des susceptibilités hexagonales. Chacun des trois nouveaux partenaires (JVC, Thorn et Thomson) détient 33 % du capital. Ici, les magnétoscopes sont définitivement assemblés, à partir de pièces montées en partie en Angleterre (à Newhaven, chez Thorn-Emi). Pourquoi ce choix de Berlin, ex-capitale du Ille Reich, aujourd’hui coupée en deux et coincée dans une démocratie populaire ? Parce que la ville de Berlin a peur de mourir. A petit feu. Le chômage a pris des proportions inquiétantes : un Berlinois sur sept est atteint. La jeunesse s’exile. Plus grave, la population vieillit statistiquement. Des personnes âgées, retraitées, vivant jusque là à Berlin-Est obtiennent de finir leurs jours dans le camp occidental. Cette situation pousse les autorités de Berlin-Ouest (où Américains, Anglais et Français sont toujours présents) à séduire les industriels européens notamment. Berlin-Ouest est devenu un paradis d’investissement : les jeunes entreprises bénéficient de prêts à des taux imbattables. Des terrains, voire des bâtiments, sont disponibles ou montés en quelques mois. Mais surtout un système de subventions sans équivalent a été instauré : l’entreprise perçoit, à chaque exercice, un montant équivalent à 4,8 % du chiffre de ses « exporta-fions » vers l’Allemagne fédérale et la CEE. A quelques centaines de mètres de la première usine, une autre s’est élevée, presque adossée au mur de la honte : une unité de fabrication de cassettes vidéo, mise en chantier en novembre 81 par un joint venture (association) entre un gros éditeur allemand, Bertelsmann SA, et le puissant groupe Agfa-Gevaert. L’usine a commencé à tourner en novembre dernier, mais fin août 83, Agfa-Gevaert décidait de racheter les 49 e/o de parts détenues par son partenaire et de devenir ainsi le propriétaire unique de cette firme Becom (Berlin communication) où actuellement sont employées 220 personnes (300 à terme). Montant de l’investissement : 150 millions de francs, couvert, pour 25 %, par les pouvoirs publics. Agfa-Gevaert diversifie ainsi ses capacités de production. Sa principale usine de cassettes demeure à Munich. Le groupe se donne les moyens de se maintenir parmi les leaders de la bande vidéo, en confortant ses 10 % du marché européen. La recette ? L’automatisation, là aussi, avec des machines-outils à commande numérique. Entre le moulage des pièces à partir de granulés synthétiques et la mise sous cellophane de la cassette, les manipulations sont assurées par des robots. Aux employés (60 % de femmes) qui prennent souvent le rang .de techniciens, n’incombe plus le contrôle. Chaque jour 15 000 cassettes sortent de la chaîne qui tourne 24 heures sur 24. L’objectif est d’atteindre 15 millions de cassettes par an. Berlin vit aujourd’hui au rythme ininterrompu des cadences automatisées et strictement aseptisées. Aux côtés du Glies Dreieck, célèbre place, et non loin de l’immense champ de foire où, une année sur deux, se tient le salon de l’électronique Funkaustellung, surgit désormais une autre image, celle des industries du futur, gages de l’Europe de l’Ouest.

Les vitesses

Nous rencontrons, sur la plupart des appareils, les fonctions : arrêt sur image , ralenti (réglage ou non) , accéléré deux ou trois fois la vitesse (sonore ou muet), recherche visuelle avant ou arrière (entre trois ou quinze fois la vitesse normale). La recherche visuelle est très agréable pour sauter un passage inintéressant sur un enregistrement, ou au contraire revenir rapidement sur un point précis d’intérêt, sans effet de « trou-noir » habituellement constaté pendant les avances rapides et rebobinages normaux. L’arrêt sur image est, quant à lui, particulièrement apprécié lorsque le téléphone ayant sonné, on désire se retrouver rapidement au cœur de l’action après avoir raccroché. Sur le magnétoscope V 2000, les recherches visuelles, légèrement moins rapides que celles habituellement rencontrées sur le VHS ou Béta, sont en revanche, exemptes de barres venant couper l’image dans le sens horizontal. De ce fait, un usage prolongé des systèmes de lecture utilisés à des vitesses variables aura pour conséquence d’user un peu plus rapidement vos bandes.

Que font-ils d’autre ?

magnétoscopes2• Certains enregistreurs sont munis d’une entrée directe pour caméra vidéo, ceux qui n’en sont pas dotés devront être raccordés par l’intermédiaire d’un bloc secteur et de l’entrée vidéo. La nécessité, pour le magnétoscope de salon, d’être alimenté à une prise de courant, limitera le champ d’action à la longueur de la caméra.

• Les télécommandes, surtout celles à infrarouge, évitent, tout comme sur un téléviseur, les fastidieux déplacements jusqu’à l’appareil.

• Les systèmes Dolby ou DNL permettront de disposer d’un son de meilleure qualité (moins de souffle), comme sur votre chaîne hifi.

• Le système d’assemblage de séquences consiste à mettre bout à bout deux enregistrements sans avoir de déchirure d’image entre eux. Plus élaboré, le système d’insertion va permettre de mettre une nouvelle séquence au milieu d’un enregistrement sans « scratch » visible.

• Le doublage sonore va permettre de changer la piste tout en conservant l’image précédente. Vous pourrez donner des émotions à vos amis en modifiant les résultats annoncés pour le Loto !

• La prise péritélévision dont sont dotés certains modèles, va permettre un raccordement en lecture, sans passer par l’entrée antenne du téléviseur et assurer une meilleure qualité d’image. Vous allez pouvoir maintenant lire les fiches descriptives des appareils, le prix pratiqué par votre revendeur, les caractéristiques qui vous semblent les plus importantes pour l’usage que vous pensez faire de votre acquisition. La réputation de telle ou telle marque et celle de son service après-vente, ainsi que la disponibilité de l’appareil élu vont finalement vous permettre de concrétiser votre choix. Grâce à ces tableaux vous ne risquez pas de mauvaise surprise.

Les programmations

Depuis les premiers magnétoscopes qui étaient programmables 24 heures à l’avance sur une seule chaîne, les choses ont bien changé. Le moins sophistiqué des appareils de salon est aujourd’hui programmable 10 jours à l’avance avec possibilité de répétitions, et le plus sophistiqué 99 jours à l’avance. Qu’en conclure ? Tout d’abord se rappeler que votre Télé 7 jours ne vous donne au mieux, les plages horaires exactes des émissions qui seront diffusées par les chaînes, que 15 jours à l’avance. Une seule exception, celle des feuilletons et autres programmes répétitifs, pour lesquels les constructeurs ont généralement prévu une touche « répétition »… Sur certains appareils, on disposera de plus d’une demi-douzaine de mémoires différentes, ce qui sur une bande de 4 heures ne laissera place qu’a quelques dizaines de minutes par programmes. On peut dire que les horloges sont de deux types : celles pour qui le passage à 24 heures fait simplement compter un jour de plus et qui de ce fait là ne seront pas en mesure de permettre la programmation d’événements hebdomadaires répétitifs, et celles qui, en plus de la fonction horaire, affichent le jour de la semaine et vont de ce fait pouvoir permettre l’enregistrement, toutes les semaines, de votre feuilleton favori sans utiliser plusieurs programmations. Le plus important sur ces horloges, surtout dans certaines régions, sera de savoir si les programmations et le comptage du temps sont, ou non, protégés contre les coupures de courant par une petite batterie incorporée dans le magnétoscope, ou en option. (La solution pouvant être un système à accumulation, équipant les appareils à l’origine, et qui, en cas de coupure fournirait l’énergie nécessaire à l’alimentation de l’horloge).

Le dragon du lac de feu

Le dragon du lac de feuUn monstrueux dragon règne sur la région, exigeant pour rester calme, le sacrifice de jeunes vierges. Le jeune Galen décide de supprimer cette bête horrible. Pour la terrasser, il n’a que sa lance… et toute la magie des forces naturelles. Aventure, magie, mystère, suspense et angoisse sont les ingrédients de ce film. Fortement inspiré de la légende du roi Arthur, tant pour les décors que pour les personnages, « Le dragon du lac de feu » est néanmoins une assez bonne réussite du genre. Les effets spéciaux – sont impressionnants, surtout lors du combat final. Mais le scénario est franchement très, très léger : il a la forte odeur du « déjà vu » Malgré tout, pourquoi ne pas se laisser tenter, un après-midi de pluie, et si « Excalibur » n’est pas disponible ?

10 magnétoscopes analyses et compares

Avec les fêtes de fin d’année arrive la période des cadeaux. Ceux que l’on offre à sa famille et ceux que l’on s’offre amoureusement. Alors pourquoi ne pas se payer un magnétoscope ou changer le sien pour un appareil plus récent.magnétoscopes Dans les trois format (VHS, Béta et V2000), les fabricants proposent aujourd’hui des appareils fiables avec des caractéristiques suffisantes pour la plupart des usages. Au-delà des choix techniques, il faut se rappeler que seul l’usage de votre futur appareil peut réellement déterminer le type de magnétoscope qui vous convient le mieux. Si, jusqu’à maintenant, toutes les études démontrent que la première motivation pour l’achat d’un magnétoscope est l’enregistrement des programmes de la télévision, il est bon de savoir aussi qu’à partir d’un certain temps (en général quelques mois) la boulimie de l’enregistrement fait très vite place à la lecture de programmes préenregistrés. Tous les vidéoclubs dignes de ce nom sont aujourd’hui capable d’offrir à leurs adhérents un choix de films dont on ne soupçonnait pas, il y a quelques mois encore, la richesse. Il faut aussi préciser que la duplication a progressé de manière spectaculaire.