Jours de France

Le petit écran est le petit écrin d’Isabelle Giordano. Depuis qu’elle a terminé son CDD de Madame cinéma sur Canal+, Isabelle Giordano est redevenue une femme comme les autres.

Isabelle GiordanoC’est maintenant sur France 3, dans l’émission Le Fabuleux Destin de … qu’on peut la retrouver chaque soir à 20 h 20. « J’avais envie de travailler pour une chaîne que j’aime regarder », déclarait-elle à nos confrères de L’Humanité. Moi, je serais prêt à regarder n’importe quelle chaîne, et n’importe quel programme, pour la voir. Dans son émission, légèrement inspirée par Perdu de vue, Isabelle retrace le parcours d’une vedette bien de chez nous à partir d’une photo de classe. Il y a quinze jours, elle recevait Sheila, Annie Girardot, Lorie et le gros ouaf-ouaf de Bernadette Chirac. La semaine dernière, elle recevait le commissaire Moulin (Yves Rénier) et Marie Pervenche (Danièle Evenou). Avant, elle avait reçu Pierre Bellemare et Geneviève de Fontenay. Fini les interviews de stars américaines, les cocktails sur la Croisette, les reportages à Hollywood chewing-gum. Isabelle ressemble toujours à une beauté du 7e art (Charlize Theron, Romy Schneider, Pocahontas ?), mais elle ne croit plus aux mirages.

Le Fabuleux Destin de …, ce n’est pas du cinéma: c’est de la télé. Un gentil défilé d’ex-vedettes bien de chez nous, de retraités de l’ORTF, de liftings discount, de gagne-petit de l’audimat. Pas de la télé trash comme chez cette punkette d’Evelyne Thomas. Non, c’est de la télé des années 70, de la télé des familles, pleine de bons sentiments et de rondeur sympathique. C’était le bon temps, l’époque du magazine Jours de France et des vedettes convenables. Au moins, on n’est pas trompé sur la marchandise : la pouliche Isabelle est bien de la famille de la Poulain Amélie. Devant sa télé, papy pique du nez dans son assiette de potage aux vermicelles, bercé par le petit rire velouté d’Isabelle Giordano, aussi belle qu’une R8 Gordini. (Qui a dit: « Je monterais bien d’dans »?)